Pourquoi il faut lire « La course ou la ville », par Eve Charin, publié au Seuil dans la collection Raconter la vie créée par Pierre Rosanvallon

Par Benoît Meyronin, Professeur à Grenoble Ecole de Management et directeur R&D de l’Académie du Service – © Blog www.marketing-des-services.com

 Course ou la ville Voici un petit livre très percutant sur les chauffeurs-livreurs, ces « invisibles » que personne ne voit mais dont nous profitons tous en tant que consommateurs. L’auteur illustre parfaitement les injonctions paradoxales que ces serviteurs de la Ville et du Commerce ont à gérer au quotidien : livrer à l’heure prévue les enseignes ou les clients finaux, tout en respectant les règles de conduite (l’éco-conduite, par exemple, nouvelle injonction), la législation (de plus en plus contraignante à propos de la logistique urbaine) et… les exigences des bobos qui veulent pouvoir jouir des produits qu’ils achètent en ligne en temps et en heure sans pour autant subir les désagréments de la logistique urbaine !

Le quotidien de ces ouvriers du tertiaire, parfois sous-traitants de sous-traitants de grandes (voire de Très Grandes) marques au positionnement premium, livre une matière qui laisse un léger goût amer. Pourtant, la passion qu’ils ont le plus souvent pour leur métier, du fait de l’autonomie dont ils jouissent encore – en dépit du développement des mouchards électroniques –  en tant que Princes de la Nuit, le plaisir de déjouer les barrières qui leur sont opposées (concierges ou gardiens soupçonneux, contraintes de circulation…), l’agilité et le sens de l’astuce dont ils doivent faire preuve chaque jour, tout cela semble contrebalancer les journées à rallonge et la pression des donneurs d’ordre. Ils sont un peu « à part » et ils le savent. Se lever avant tout le monde leur confère un sentiment de fierté, celui de découvrir chaque journée un peu avant les autres, un peu pour soi, le calme aussi avant la tempête.

Merci à l’auteure, donc, de nous faire partager une petite portion de leur vie et de nous donner matière à réfléchir sur des modèles économiques & sociaux fondées, en partie, sur ces invisibles qui questionnent à juste titre nos comportements de consommateur. Car la Responsabilité Sociale des Entreprises n’est pas seule en cause ici : il s’agit bien aussi de notre responsabilité en tant que consommateurs de produits & services, la vôtre et la mienne. Et une belle manière de (re)donner dignité et valeur à un vrai métier, indispensable dans un monde urbanisé et connecté.

1 commentaire

Classé dans Non classé

Une réponse à “Pourquoi il faut lire « La course ou la ville », par Eve Charin, publié au Seuil dans la collection Raconter la vie créée par Pierre Rosanvallon

  1. Bonjour,
    Ce livre nous fait savoir qu’aucun métier n’est négligeable.
    Il nous partage une vraie leçon de vie.

Laisser un commentaire

Entrez vos coordonnées ci-dessous ou cliquez sur une icône pour vous connecter:

Logo WordPress.com

Vous commentez à l'aide de votre compte WordPress.com. Déconnexion / Changer )

Image Twitter

Vous commentez à l'aide de votre compte Twitter. Déconnexion / Changer )

Photo Facebook

Vous commentez à l'aide de votre compte Facebook. Déconnexion / Changer )

Photo Google+

Vous commentez à l'aide de votre compte Google+. Déconnexion / Changer )

Connexion à %s